La calculette carbone
de Canard & Cie

Depuis l’automne 2021, Canard & Cie joint à chacune de ses factures, le coût carbone de ses productions. Un moyen de sensibiliser nos clients en rendant visible l’empreinte carbone de la production de contenus. Comment fonctionne cette calculette ? Découvrez toutes les informations sur cette page !

Une calculette carbone sur mesure
développée avec notre partenaire Sami

En 2021, Canard & Cie a réalisé son premier bilan carbone. Une démarche qui nous a permis de prendre conscience de notre impact sur la planète et de mettre un chiffre concret sur les émissions de CO2 générées par notre activité. Jusqu’ici, nous n’avions que peu conscience de cet impact. En tant qu’agence de production de contenus digitale, nos émissions sont principalement dues au numérique. Une pollution intangible, invisible.

En ayant cette prise de conscience, nous avons eu envie de la transmettre aux différentes parties prenantes de l’entreprise, notamment à nos clients.

Nous avons donc passé plusieurs mois à développer une calculette carbone avec notre partenaire Sami, une start-up spécialisée dans l'engagement environnemental des entreprises et qui nous accompagne dans notre stratégie climat.

Depuis l’automne 2021, nous joignons désormais à nos factures, le coût carbone de nos productions. En effet, il nous est apparu que le meilleur moyen de sensibiliser sur le coût environnemental de la production de contenus était de mettre un chiffre concret en face d’une production, et ainsi de visibiliser l’invisible.

Vous pouvez retrouver le détail du fonctionnement de la calculette, et notamment la méthodologie de calcul, en fin d’article.

Il nous est apparu que le meilleur moyen de sensibiliser sur le coût environnemental de la production de contenus était de mettre un chiffre concret en face d’une production, et ainsi de visibiliser l’invisible.

En amont ,
réduire l’empreinte environnementale de notre offre

Pour autant, l’idée n’était pas simplement d’afficher un chiffre, une démarche qui peut d’ailleurs paraître culpabilisante ou angoissante.

Il s’agissait surtout, en amont, de transformer nos pratiques et notre activité pour la rendre la plus vertueuse possible.

Nous avons donc mis en place toute une série de mesures pour nous assurer de limiter l’empreinte environnementale de Canard & Cie, et donc celle de nos productions.

Avec ces engagements environnementaux, notre partenaire Sami estime que nous pourrions réduire les émissions de nos productions d’environ 12 % par rapport à une production classique. C’est déjà bien. Mais nous souhaitions aller plus loin.

En aval,
financer des projets de séquestration

Une autre manière d’agir est de financer des projets de séquestration ou de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Ainsi, depuis 2021, nous nous engageons auprès de nos clients à réaliser une contribution carbone de valeur équivalente au montant de CO2e* émis par leurs productions.

CO2e : quèsaco ?

C'est l'unité de mesure de l'empreinte carbone (= CO2 équivalent). Il existe différents gaz à effet de serre (GES), qui ont tous des impacts plus ou moins forts sur le réchauffement climatique. On ramène ensuite l'impact des autres GES au CO2, qui est le plus répandu.

Concrètement, à la fin de chaque projet, nous proposons à nos clients de voter, parmi trois projets de contribution carbone, pour celui qui leur parle le plus :

- un projet de reforestation en Normandie (que nous avons déjà financé en 2020)

- un projet de ferme photovoltaïque dans le sud de la France

- un projet d’optimisation énergétique en Amérique centrale

À la fin de l’année, nous finançons le projet qui a récolté le plus de votes de la part de nos clients.

Un point important à souligner toutefois : il ne s’agit pas uniquement de “compenser” et ainsi d’annuler le CO2 émis. Ce serait tellement simple si ça fonctionnait ainsi ! Cette participation financière ne peut être que la dernière brique de la stratégie climat d’une entreprise. Elle ne remplace en rien la nécessité, en amont, de tout faire pour réduire au maximum les émissions engendrées par l’activité concernée.

Le saviez-vous ?

On ne peut pas parler de “compensation” ou de “neutralité carbone”. En effet, comme l’a rappelé récemment l’Ademe, la neutralité carbone n’a de sens scientifique qu’à l’échelle de la planète. Le terme “compensation carbone” donne par ailleurs l’impression que l’entreprise annule ses émissions, et donc n’a plus besoin de faire d’effort pour les réduire puisque son action est “neutre”. Il vaut mieux parler de contribution carbone comme le conseille le référentiel Net Zero Initiative : l’idée est de reconnaître son impact carbone (qui ne peut pas être nul), et donc de contribuer à l’effort collectif vers la neutralité carbone planétaire en finançant des projets de séquestration ou de réduction des émissions.

En aval,
informer sur les meilleures pratiques de sobriété numérique

Dernier levier d’action en aval : aider nos clients à limiter l’empreinte carbone des contenus que nous leur livrons. En effet, le stockage des données, la mise en ligne ou encore l’impression sont coûteux pour l’environnement. Pour autant, nous n'avons pas de prise sur cet impact une fois que nous livrons nos contenus à nos clients. D'où l'importance de les sensibiliser et de les accompagner pour que cet impact soit le moins émissif possible.

Ça vous intéresse ? Retrouvez tous nos conseils en matière de sobriété numérique ici.

FAQ
Découvrez la méthodologie du calcul carbone réalisé par Sami

Qui est Sami ?

Sami est une start-up spécialisée dans l'engagement environnemental des entreprises, qui aide Canard & Cie à définir sa stratégie climatique.

C’est quoi l’empreinte carbone d’un contenu exactement ?

C'est la quantité totale de gaz à effet de serre (GES) qui a été nécessaire à la production d’une prestation : elle quantifie la contribution au réchauffement climatique.

CO2e : quèsaco ?

C'est l'unité de mesure de l'empreinte carbone (= CO2 équivalent). Il existe différents GES, qui ont tous des impacts plus ou moins forts sur le réchauffement climatique. On ramène ensuite l'impact des autres GES au CO2, qui est le plus répandu.

Comment a été fait le calcul ?

Nous avons déterminé un coût carbone pour chaque ligne d'un devis de Canard & Cie (p. ex. : direction de la production, journée de montage, de rédaction, de direction artistique, etc.)

Pour les jours homme, nous sommes partis du bilan carbone 2020 de Canard & Cie, que nous avons divisé par le nombre total de jours travaillés dans l'année.

Pour la location de matériel, les achats d'art et de média, nous sommes partis du coût des prestations, que nous avons associé à des ratios monétaires. Ces derniers donnent une intensité carbone moyenne par euro dépensé, en fonction du secteur. Ainsi, 1 000 euros dépensés en matériel de tournage émettent en moyenne 400 kg CO2e, contre 170 kg CO2e pour la même somme dépensée dans de l'achat d'art.

Pour les frais de transport, nous avons calculé les émissions liées à un déplacement sur 30 km en taxi (scénario moyen). Pour les frais de repas, nous avons pris l'empreinte carbone moyenne d'un repas. Enfin pour les articles, nous avons estimé le temps humain total consacré à la rédaction et la révision d'un feuillet.

Et quelles sont vos sources de données ?

Nous utilisons principalement la Base Carbone, éditée par l'Ademe.

Pour la diffusion numérique, nous utilisons des études de l'AIE (Agence internationale de l'énergie).

Signature.png

Échangeons sur les thématiques de responsabilité !

Vous êtes un client, un prospect, une freelance, un partenaire, un confrère ou une consœur ? Nous sommes toujours ravis d’apprendre, de nous remettre en question et d’échanger sur ces thématiques de responsabilité. Si vous avez une question ou un retour à nous faire, n’hésitez pas à nous écrire !

Contactez-nous !